Share this photo on Twitter Share this photo on Facebook

Souk rural 13

Posted by
Benkirane Thami (Fès, Morocco) on 13 March 2011 in Lifestyle & Culture.

Toute la série d'images sur la thématique du souk rural a été réalisée, au pifomètre, avec un compact numérique. Donc, pas de cadrage précis : dans la foule, j'évite de lever l'appareil à l'oeil (position de travail qui trahit la présence du photographe et qui peut engendrer des conflits). Il y a bien sûr, beaucoup d'images ratées mais des fois hasard et pré-voyance font bien les choses! D'autres images ici :
http://toobanal.canalblog.com/archives/2011/03/13/20328712.html
Bonne journée lumineuse!

Manola from Bassens, France

éternel.. voilà bien le genre de scène éternel ... des ânes qui servent de transport , des gens qui vaquent à leur travail..et cette dame qui a l'air pressé: "vite allons vers l'autre marchand..."
...intemporel au fait, ton cliché... et ça fait du bien d'en voir cela!!!;-)))
bon dimanche par chez toi..;-))))))))

13 Mar 2011 6:52am

FULGENT from la roche sur yon, France

le hasard donne les plus belles photos ,dimanchissime

13 Mar 2011 8:25am

Adela Fonts from Barcelona, Spain

Une scène très approprié à la peinture! Delicious embrassé les deux ânes. Bonne dimanche Thami! Adela

13 Mar 2011 8:43am

Kat from Lorraine, France

Je vois une dame bien décidée à aller faire son souk et deux ânes se réconforter sous le soleil !
Sympa ta série souk rural,
Belle journée à toi !

13 Mar 2011 9:04am

JPS from Le Havre, France

des émules qui se disputent le droit d'ânesse ???

13 Mar 2011 9:59am

Stephen from Canberra, Australia

Great shot - I like the donkeys! Bonne journée.

13 Mar 2011 12:24pm

jeanne from près de marseille, France

j'ai hate d'y être

belle journée

13 Mar 2011 12:38pm

Tede from Aubenas 07, France

Super ces deux ânes qui se font des grattouilles :)) quand à madame elle ne semble pas être contente!!! Superbe scène. Belle journée ensoleillée. (Merci hier pour le petit tour chez "l'abeille gourmande" qui aimait trop le sucré :)

13 Mar 2011 2:19pm

AMH from Buenos Aires, Argentina

une image plutôt intéressante très bien nous montrer la constumbre place. et en même temps comme professeur et de l'éducation que nous montrons. un gros baiser. Alejandra

14 Mar 2011 12:18am

Jean-Louis from Nîmes, France

J'aime bcp la position de ces deux ânes !!
Superbe photo !!

14 Mar 2011 9:05am

Nigel from Avening, United Kingdom

Lovely

14 Mar 2011 7:25pm

Salvadorali from Morocco

salut l'artiste !

je te remercie pour ces consolations que tu m'offres des virées soukières que e n'ai plus le temps de faire ;-)
je viens régulièrement prendre un shoot de tes merveilles du quotidien, vive le tourisme virtuel intérieur !
mais comme d'hab, je proteste... ta façon de transformer les gens en objets photographiques me choque à chaque fois.

dans le cas de cette image, autant les ânes sont délicieux de naturel, c'est le cas de le dire, autant la dame en jellaba et l'homme assis dans le coin gauche de l'image sont de trop, surtout le regard de l'homme qui nous fixe désormais pour l'éternité à travers ton objectif.

la prochaine fois, crois-moi, prends le temps de parler au gens que tu te disposes prendre en photo, quitte à ne rapporter de l'aventure qu'une seule image.

et prends le temps de cadrer, de composer tes images, de complexifier ta démarche, en y incluant l'interactivité consentie avec tes modèles humains. des fois il suffit d'un regard et d'un geste pour se faire accepter comme photographe par une foule de gens que l'on ne connait pas. ça s'appelle : le respect humain...

mais à part ça, vive les couleurs locales de chez nous !

14 Mar 2011 8:23pm

@Salvadorali: Il y a dans mon travail des images qui sont négociées. Mais je ne montre pas tout. Entre ce que je peux montrer et ce que je ne veux pas montrer, suis seul maître à bord. Idem, pour le cadrage! Ici, comme je l'ai dit dans le texte introductif, il n' y a pas de cadrage. C'est une photo prise au pif et qui assume les accidents de parcours. On n'est pas dans la philosophie des clubs photos qui préconisent une image bien cadrée, bien léchée, faite pour plaire à celui qui la regarde. Il n' y a dans cette série aucune marque de non-respect aux gens qui figurent sur les images! Rien ne me choque, personnellement. C'est la réalité crue, toute banale et sans fioritures telle qu'elle a été captée par l'objectif. Pourquoi veux-tu que cette femme qui passe ne soit pas à sa place dans ce souk ? Je ne sais pas lequel de nous deux lui enlève sa dignité de citoyenne marocaine à part entière! Si tu proposes de la gommer de l'image, de nier son existence, c'est que quelque part sa présence te gêne. Pourquoi ? Une élimination qui me semble digne d'un "lit de Procuste" : on coupe tout ce qui gène ou dépasse! Et pourquoi tu penses que cette homme aveuglé par la lumière intense du soleil me / nous fixe ? Je n'ai pas cherché à le mette sciemment dans la photo et du moment qu'il y est et bien qu'il y reste! Pas de temps à perdre en post-production à recadrer, retoucher, supprimer ce qui ne fait pas joli...etc. Prendre une image n'obéit qu'à une seul chose: le fait qu'une scène m'ait interpellé. Le reste n'est que lité-rature. La photographie est une école de liberté à tous les niveaux de l'acte photographique. Je ne veux pas donc dans ce genre de travail "prendre le temps de cadrer, de composer les images, de complexifier la démarche"...ce n'est vraiment pas ma tasse de thé ou de chasteté... Les images du souk correspondent à des scènes parfaitement banales. Ce qualificatif est important à mes yeux et je l'ai expliqué à quelqu'un une fois en ces termes : " Banal est par définition ce qui fait cliché, ce qui est extrêmement commun, courant, insignifiant, ordinaire, plat, rebattu voire sans intérêt...etc. Ce terme a pour antonymes : extraordinaire, remarquable, recherché, original, nouveau, curieux…etc. La question qui se pose est la suivante : comment décréter que quelque chose est banal ou non ? Comment faire le tri entre ce qui est banal et ce qui ne l’est pas ? Quels sont les critères qui sous-tendent tout jugement de goût dans une communauté esthétique (Kant) ? Pour moi, ce que je retiens dans « banal », c’est qu’il y a « ban ». A considérer dans le sens de ce qui est « en rupture de ban », ce qui est rejeté, ce qui occupe la marge, ce qui est nié, oublié, ce qui n’est pas coté à la bourse des valeurs esthétiques…etc. C’est l’envers du décor. Ce qu’on cache ou ce qu’on ne veut point voir et qui fait pourtant partie prenante de notre vécu ou de notre environnement…Le banal, c’est ce que l’on jette, évacue ou expulse, c’est le déchet, le détritus et l’excrément : c’est le stade b-anal de la société… Mais le banal est à lui tout seul un archipel, que dis-je ? Un continent ! Depuis l’inaugural ready-made de Duchamp, le banal a commencé par gagner en ambivalence puisqu’un simple objet ordinaire (roue de vélo ou urinoir) peut accéder au statut d’objet d’art., en fonction du contexte de sa monstration et de l’intention de l’auteur qui se l’approprie ou le signe. Depuis, le banal est devenu un paradigme artistique à part entière ! Par plusieurs aspects, mon travail photographique s’inscrit dans une sorte d’archéologie du banal contemporain. Mais l’approche cherche incontestablement à valoriser, à transfigurer ou à magnifier le banal. Dans cette perspective, mon intérêt pour le banal ne participe pas d’un désenchantement du monde. Je suis un paysagiste du banal." Bonne semaine lumineuse et chaleureuse!

Salvadorali from Morocco

merci pour ta longue dissertation mais tu pousses le bouchon nettement trop loin quand tu envisages que cette femme me gêne... mais non, au contraire, j'aurais adoré discuter avec elle, de même qu'avec l'homme assis.
évidemment, l'artiste est libre et le photographe à ce titre peut photographier ce qu'il veut, comme il veut, etc. mais la publication d'images est une autre paire de manches, surtout quand tu transformes les gens en objets.
en fait, ce qui me dérange, c'est l'esprit de ces photos au pifomètre et ton discours sur l'esthétique de la banalité me parait surfait.

14 Mar 2011 11:00pm

@Salvadorali: Le fameux syndrome de Méduse! La photo qui pétrifie les gens, qui les transforme en objet, qui leur vole leur âme...etc. Je n'y adhère absolument pas. Mais je t'accorde que tout le discours autour de la photo sera toujours surfait. Seul demeure le plaisir inaliénable de faire des photos. Par ailleurs, je n'accorde aucune valeur artistique à cette série faite sans autre prétention que de garder trace de mon passage dans ce lieu. Et surtout de voir ce qu'un cadrage au pifomètre donne comme résultat. C'est juste un exercice! Bonne nuit!